Créer un site internet

Un curieux document

Il y a quelques années, Christiane Bagouet, archiviste à la mairie de Baignes, retrouvait un ancien document signé de la main de Julie de Pardaillon Dantin, abbesse de l'abbaye de Fontevraud.  Pourquoi ce document datant de 1787, se retrouve-t-il à parmi les archives baignoises. Pierre Cellou passionné d'histoire locale va essayer de trouver un lien entre cette abbesse et la famille de Montausier.

 

Elle n'a pas  manqué d'intriguer notre archiviste, cette vieille feuille de papier jauni, toute frippée, d'origine inconnue, mais signée d'un nom célébre : Pardaillan Dantin. Voici le contenu: "Nous soeur Julie Sophie Gilette de Pardaillan  Dantin. Par la permission divine, humble abbesse, chef et générale de l'Abbaye Royale et Ordre de Fontevrault dépendant immédiatement du S. Siège Apostolique ; à notre très chère fille et bien-aimée religieuse, soeur Housseau, professe du choeur de notre Prieuré de Collinance. Salut et dilections en Notre Seigneur ; ayant appris par l'attestation des médecins, les infirmités et maladies corporelles dont vous êtes détenue depuis long-temps, et que pour le recouvrement de votre santé, ils jugent qu'il est nécessaire de changer d'air pendant  quelque temps ; oui sur ce l'avis de nos confesseurs : désirant selon le dû de notre charge abbatiale, subvenir aux personnes qui sont sous notre obéissance, nous vous avons permis et permettons par ces présentes de vous transporter en bonne et honnête compagnie au.....andely (?) pour y changer d'air, et y être traitée et secourue selon votre besoin,   vous octroyant pour cet effet l'espace de six mois  et vous exhortons de vivre toujours religieusement selon  notre Sainte Règle et les voeux de votre profession.

Donné à Fontevrault sous notre seing et scel, et le contre-seing de notre secrétaire ordinaire, le vingt quatrième  jour de may mil sept cent quatre vingt sept". J.Dantin Abbesse

 

Pourquoi cette autorisation de sortie est-elle échue entre nos mains ?

Fontevrault, en Maine et Loire, n'a apparemment  aucun lien avec notre région ou notre abbaye bénédictine. Ce vaste monastère est un ensemble de quatre abbayes composées de moniales et de frères. L'Ordre double de Fontevrault, fondé au tout début du XIIème siècle a essaimé très rapidement en de très nombreux prieurés dont il en existait encore cinquante deux à la révolution, dont celui de Collinance, commune de Thury en Valois dans l'Oise, cité dans ce  texte. Il a à sa tête une abbesse, issue de la haute noblesse, disposant  d'un pouvoir absolu sur tout l'Ordre.

En 1804, Napoléon transforma cette abbaye en prison qui le restera jusqu'en 1963. Ce qui sauvera  sans doute une grande partie des bâtiments.

 

Dès le XIIème siècle, le Grand-Moûtier sert de tombeaux aux Plantagenets et conserve encore aujourd'hui quatre gisants, dont ceux d'Aliénor d'Aquitaine et d'Isabelle d'Angoulême, reines d'Angleterre, longtemps convoités par nos amis britaniques.

Julie Sophie Gilette de Gondrin de Pardaillan Dantin, qui signe le document dont il s'agit, est la dernière abbesse et commandante de l'Ordre de Fontevrault, née le 2 avril 1725, elle disparait  pendant la tourmente révolutionnaire sans que l'on puisse  trouver trace de sa destinée.

Sa grand-mère, Marie Sophie de Noaille, épouse de Louis de Pardaillan, était petite fille  de Marie Julie de Sainte Maure, fille du duc Charles de Montausier. Voilà un lien bien ténu avec Baignes qui n'explique pas  la présence de ce document dans nos archives. Le mystère reste entier...

P.C.

Date de dernière mise à jour : 30/04/2020

Ajouter un commentaire

Anti-spam